Le kakejiku

 

Les matériaux
de montage

 

La restauration

 

Parcours professionnel

 

Actualité

 

Références

 

Liens

 

Contact

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Retour au sommaire "actualités"

Hokusai aux Galeries Nationales du Grand Palais : un exemple de la gestion du temps d'exposition

Les Galeries Nationales du Grand Palais proposent une exposition exceptionnelle avec une monographie d'une ampleur tout à fait inédite de l'artiste japonais Katsushika Hokusai (1760 – 1849). Célèbre dans le monde entier, cet artiste est parfois injustement réduit à sa « Grande Vague ». La présente exposition propose de retracer les six périodes de la vie de Katsushika Hokusai, illustrées par des séries d'estampes, de livres, mais aussi de nombreuses peintures pour partie inédites, ainsi que de précieux dessins préparatoires.

Cette exposition est l'occasion d'un partenariat avec la société japonaise FKK Corporation qui produit et développe des composants et lumières LED depuis 1954. La lumière est en effet une problématique importante lors d'une exposition. La lumière et la chaleur qu'elle engendre, peuvent être à l'origine de phénomènes de photodégradation ou de l'accélération du processus naturel de dégradation des matériaux organiques tels que le papier ou encore les pigments naturels. Les estampes exposées, employant des pigments d'origine minérale ou végétale sur papier, sont donc particulièrement concernées.

Il existe des normes internationales, comme celles édictées par l'ICOM, ainsi que des travaux scientifiques, notamment ceux du C2RMF en France, concernant les doses adéquates de lumière selon le type d'œuvre exposé. Cependant, il est important de savoir que ce n'est pas la quantité de lumière reçue de manière « instantanée » qui compte, mais la « dose totale d'éclairement » reçue durant la durée de l'exposition.

Aussi, pour préserver ces œuvres fragiles, en plus d'un travail particulier sur la lumière durant l'exposition, un système de rotation des œuvres a été mis en place. Pour cela, la Réunion des Musées Nationaux - Grand Palais (RMN – GP) cherchait un interlocuteur qui connaisse non seulement les spécificités de conservation et d'exposition des œuvres exposées, mais également qui comprenne les différences culturelles d'appréhension de ces œuvres. Il était important de posséder ces compétences car les prestations de conseil consistant à réaliser les constats d'état des œuvres ainsi que la supervision de la manipulation et de l'installation devaient se faire en coordination avec une équipe japonaise.

Aussi, la RMN – GP m'a-t-elle contacté afin de travailler en étroite collaboration avec le Professeur Seiji Nagata, co-comissaire de l'exposition, et son équipe. En effet, si le système de rotation des œuvres s'applique pour les collections permanentes en France, cette organisation est pour le moins inhabituelle pour une exposition temporaire.

Ce n'est pas le cas au Japon cependant, où la rotation permet d'exposer pour des durées parfois très courtes (une ou deux semaines) certaines œuvres particulièrement fragiles. De plus, les expositions temporaires au Japon sont généralement de plus courte durée, entre 5 à 7 semaines en moyenne, contre le double (environ 14 semaines) pour l'exposition Hokusai aux Galeries Nationales du Grand Palais. Mes connaissances et mon expérience en conservation et restauration d'œuvres d'art japonais ont ainsi répondu aux exigences de la RMN – GP. De plus, ma connaissance de la langue japonaise, tout comme ma compréhension des différences culturelles dans les méthodes de travail, ont permis de travailler en toute confiance et en harmonie avec l'équipe japonaise.

L'exposition a été conçue en deux grands volets, entre lesquels 175 des œuvres exposées durant le premier volet seront ainsi décrochées et changées, nécessitant la fermeture de l'exposition durant 10 jours. Certaines œuvres jugées particulièrement délicates seront remplacées dans le cadre d'une « mini-rotation » qui sera organisée durant chaque volet de l'exposition. Cela permettra de les remplacer par une autre version, un autre tirage, garantissant ainsi une meilleure conservation des œuvres en prévenant, entre autre, la perte de vivacité des couleurs originales. Au total, ce sont plus de 500 pièces exceptionnelles qui sont présentées, dont une grande partie n'a encore jamais été exposée hors du Japon, et qui ne quitteront vraisemblablement plus le Japon à compter de l'ouverture du musée Hokusai, à Tokyo en 2016.

Je ne peux donc que vous inviter à aller la voir !

Exposition Hokusai du 01 Octobre 2014 au 18 Janvier 2015, dans les Galeries nationales du Grand Palais, entrée Clemenceau.

Pour plus d'informations :

- Réunion des musées nationaux - Grand Palais

- The Sumida Hokusai Museum

- ICOM – International Council of Museums